Etes-vous quelqu'un de différent ?

lundi 7 mars 2011

Le retour de la fin de l'histoire (et des néoconservateurs) ?

Une vague de soulèvements populaires émerge soudainement dans les régimes des pays arabes du Proche-orient et du Maghreb. Les autocraties illégitimes vacillent, les diplomaties occidentales sont prises en porte-à-faux.

On ignore encore quels seront les développements de ces crises mais déjà il faut relever la réapparition de ce que les difficultés de l'aventure de Bush en Irak semblaient avoir envoyé aux oubliettes : la fin de l'histoire et les néoconservateurs.

Cette crise riche de paradoxe est aussi l'occasion de relever les risques de l'idéalisme, les apories du réalisme et le curieux jeu qui se déroule entre ces paradigmes.



I) Les come backs

A) La question de la fin de l'histoire

La notion de fin de l'histoire apparaît chez Hegel, les auteurs les plus connus à la reprendre sont Marx et Fukuyama. Après la chute de l'URSS, le professeur Francis Fukuyama, tirant le constat de la faillite des grandes idéologies alternatives à la démocratie libérale, proclamait la fin de l'histoire et annonçait que la démocratie libérale était l'horizon incontesté de l'humanité. Et en effet la ligne de fracture ne se semblait plus se situer entre des Etats aux projets politiques différents mais entre les pays développés et les pays non développés tendant vers la fin achevée par les premiers.

Or la persistance des guerres et plus encore l'aggravation du terrorisme islamiste et le relatif échec de l'importation de la démocratie en Irak apparaissait remettre en cause ce constat. Peut-être Huntington avait-il raison : la civilisation serait le plus grand groupe dans lequel un groupe humain peut se réunir, l'humanité ne saurait se constituer en un seul corps social. Dès lors les Musulmans des pays arabes et autres groupes extraoccidentaux progresseraient chacun dans une autre voie que les occidentaux et la fin de l'histoire serait nulle et non avenue.

Mais voilà, les Musulmans du Maghreb et du Proche-Orient contestent et secouent spontanément depuis fin 2010 leurs régimes autocrates sans qu'un risque de théocratie apparaisse crédible.

La raison des revendications politiques est à la fois idéelle et matérielle. Les pays arabes modernes sont à la base des autocraties socialistes qui ont connu une relative libéralisation ces dernières années. Ils se développent et se mondialisent, la classe moyenne émerge et émet des revendications sociales et politiques.

(graphs compilés sur le site de la banque mondiale)



Et oui ! On se révolte en Tunisie comme on s'est révolté lors de la révolution française, non pas tant parce que le peuple est tenu de la façon la plus inique mais au contraire parce que le pays est sur le moyen et le long terme plus prospère et les progrès de l'égalité sont remarquables : la passion de l'égalité et non celle de la justice remet en cause l'ordre social.

Comme dans tous les pays se développant, les structures traditionnelles sont délaissées par l'individualisme démocratique : les manifestants réclament un régime légitime et en creux démocratique. La préoccupation anti-israélienne habituelle est reléguée. Et dans cette foule, on ne réclame pas la théocratie iranienne ; les islamistes ne conduisent pas la révolte. Les musulmans radicaux sont de plus moins anticapitalistes et révolutionnaires et plus conservateurs que par le passé – ce qui n'est que justice étant donné que les autocraties plus ou moins militaires ont des économies largement dirigées.

En un mot, loin de chercher un mode propre de développement, les arabes musulmans réclament une normalisation : c'est le grand retour de la fin de l'histoire et de son idéal de démocratie libérale.

Francis Fukuyama

B) La question du néoconservatisme

On sait que la théorie de la fin de l'histoire de Fukuyama est liée à la pensée néoconservatrice. La crise au Proche-Orient et au Maghreb ainsi que ses répercussions annoncent-elles un retour de balancier de la politique internationale vers le néoconservatisme ? Le retour serait sur deux niveaux : conceptuel et politique.

Conceptuel

Le néoconservatisme est la doctrine de politique étrangère US qui apparaît après la chute de l'URSS, appelant à la promotion zélée de la démocratie et au renversement des dictateurs. Le néoconservatisme est aussi en réalité une tradition un peu plus ancienne puisqu'elle désigne une gauche passée chez les conservateurs à partir de la seconde guerre mondiale, ce en raison de son aversion de l'URSS, de sa critique du relativisme et sa dénonciation des programmes sociaux aliénateurs (l'équivalent de notre critique de l'assistanat). La promotion positive de la démocratie dans le monde vient après la chute de l'URSS et n'était pas un développement nécessaire du premier néoconservatisme.

On dit que personne n'attendait la crise politique et sociale. Elle se déclenche en Tunisie, puis en Egypte puis dans de nombreux autres Etats qui appartiennent à la fois au Maghreb et au Proche-Orient : or cette zone coïncide avec le fameux Grand Moyen-Orient de George Bush. Et si on suit la théorie néoconservatrice, on doit la trouver cohérente avec les évènements.

Rappelons-nous quel était le souhait de Bush et de ses faucons : une démocratisation de la région et donc la caducité du terrorisme islamiste et donc l'impossibilité d'un nouveau 11 septembre. Si nous ignorons comment les crises se termineront, il reste que les autocraties sont dénoncées et mises à bas en tant que telles : il y a bien une ébauche de démocratisation qui a un réel fondement populaire.

Et quelle image avait été employée lors de l'invasion de l'Irak ? Celle de la théorie des dominos : le renversement de l'Irak, régime le plus engagé parmi les pays arabes dans la dictature socialiste, devait se répercuter sur ses voisins. On peut contester le rapport de cause à effet mais pas le fait essentiel qui est celui d'une crise généralisée pro-démocratique qui suit de quelques années le renversement de Saddam Hussein.

Donc il faut constater que la théorie néoconservatrice est revigorée du fait que ce qu'elle a prévu se réalise. C'est un retour conceptuel. Il faut ajouter à cela qu'elle est revigorée dans ses prescriptions en ce que les populations occidentales rejettent le réalisme des chancelleries occidentales : c'est un retour politique.

Politique

En effet les Etats occidentaux, relativement gagnés à la théorie réaliste depuis les désillusions de l'équipée militaire américaine en Irak, adoptent la retenue, rechignant à se faire donneur de leçons et à intervenir dans les affaires des autres pays.

Mais les soulèvements parvenant à faire vaciller les autocraties, les populations occidentales saluent le renversement des autocrates et dictateurs locaux, éprouvent une immense sympathie pour des mouvements jeunes et appelant à plus de démocratie. La retenue des gouvernements occidentaux apparaît comme une indifférence et le soupçon de complaisance envers les régimes contestés peut couter politiquement très cher.

Sans le dire, c'est l'idéalisme néoconservateur qui revient en force : les populations occidentales appellent à aider la démocratie quitte à s'ingérer dans les affaires des Etats étrangers. Cette demande de démocratie ira-t-elle jusqu'à soutenir une intervention armée ?

II ) Les limites paradigmatiques
A ) Le revers de l'idéalisme

Ce n'est pas l'auteur de ces lignes qui regrettera la chute de tous ces potentats illégitimes dont il n'est pas inutile de rappeler qu'ils sont socialistes.

Pour autant il faut rappeler la vérité triviale de ce que la chute d'un régime néfaste n'appelle pas nécessairement l'avènement d'un régime meilleur. Qu'on pense à la chute du Shah en 1979 ou à celle du Tsar en 1917. Qu'on observe actuellement la montée en puissance des militaires et l'émergence de la guerre tribale en Libye.

Or la conception progressiste qui veut que la démocratie est le régime naturel, et que les despotes sont un obstacle à l'expression de la nature des choses est la matrice de ce qu'on appelle couramment le néoconservatisme.

Si le néoconservatisme a été lié par ses détracteurs au philosophe Leo Strauss, il y a pourtant un important retournement entre Strauss et les néoconservateurs en action en Irak. En effet, comme le relève Fukuyama, Strauss était très hostile à l'ingénierie sociale et l'intervention américaine en Irak signale sans conteste un hybris de l'ingénierie sociale.

Quand Strauss expliquait que le régime d'un pays était lié à la structure sociale, aux comportements, aux préjugés de ce même pays, il fallait comprendre que cette relation était à double sens et donc il était naïf de croire que le seul changement de régime forcé permettrait la démocratisation des sociétés. En réalité, démocratique ou non, le régime répond d'une certaine manière aux attentes de la population.

L'idéalisme nie ainsi la complexité de la réalité et sert comme justification de l'hybris, au point de nous faire oublier qu'une intervention dans les affaires d'un autre Etat renvoie à la loi du plus fort.

J'ajouterais qu'en un sens, la dictature comprise comme régime sans loi qui repose sur la force du dirigeant ne peut exister que sur un très court terme. La légitimité est le véritable fondement des régimes. Les régimes que nous qualifions de dictatures parce qu'ils nous apparaissent illégitimes sont fréquemment des régimes qui ne reposent pas sur la force et la terreur mais sur l'adhésion plus ou moins large de la population.

L'idée de Strauss, liant régime et structure sociale informelle, n'est pas neuve : Tocqueville définissait la démocratie non tant comme un régime politique que comme un état social égalitaire, dont l'ascension était irrésistible. Strauss fait remonter l'idée de l'influence réciproque du régime et de l'état social aux Grecs, la notion de régime incluant les deux.

B ) L'aporie du réalisme

La mésaventure arrivée à la (ex) ministre des affaires étrangères Michèle Alliot-Marie servira de bonne piqure de rappel aux réalistes. La principale aporie du réalisme est très certainement qu'une politique réaliste en politique étrangère déplait à l'opinion publique et se révèle donc irréaliste sur le plan interne. Si le débat interne prend le pas sur les exigences de politique étrangère, que l'objectif politique premier est de rallier la population, alors la politique la plus réaliste devient l'idéalisme.

Il ne faut donc jamais oublier l'opinion publique mais quid des alliés ? En politique, disait Raymond Aron, on choisit ses adversaire, pas ses alliés. Ceci est aussi vrai de la politique étrangère : il faut s'allier avec des maux moindres pour lutter contre un mal plus important. Nier cette contrainte, c'est céder à l'esprit de croisade et désirer la catharsis par la guerre. Le fondement du réalisme n'est pas tant le relativisme des valeurs que la reconnaissance de la nécessité du mal et rejeter la tentation impériale de plier autrui à notre jugement.

Or avoir des alliés dont nous n'approuvons pas le comportement a des conséquences qui heurtent l'opinion. C'est là la grande contradiction du réalisme qui trouve une parade par l'institutionnalisation de la diplomatie et sa mise à l'écart du débat politique.

Mais dans la crise actuelle, les opinions publiques sont des actrices des évènements et elles sont engagées en faveur des manifestants. Les évènements actuels présentent dès lors un curieux chassé-croisé entre réalisme et idéalisme.

En effet l'attentisme des pays occidentaux accroit la légitimité des soulèvements populaires parce que les despotes sont empêchés de dépeindre leurs opposants comme des agents occidentaux. La gaffe d'Alliot-Marie n'a-t-elle pas en fin de compte contribué au succès des manifestants tunisiens ?

Lorsqu'on regarde les débats qui agitent les pays de la région, on doit constater qu'il se réduit trop souvent à qualifier l'adversaire d'agent américain ou sioniste... Par leur retenue voire leur soutien aux régimes en place, les gouvernements occidentaux obtiennent sans rien faire ce que les USA n'ont pas obtenu avec une intervention armée : le discrédit du régime autocrate, la légitimité des manifestants, le succès de leurs revendications et in fine un espoir tangible de démocratisation sincère et populaire...

A l'inverse, on peut raisonnablement supputer qu'un soutien immédiat et ouvert aux manifestants, avec menace d'une intervention armée aurait provoqué une réaction nationaliste et le discrédit des manifestants... sans oublier une perte complète de crédibilité à l'égard des alliés. Il ne faut pas chercher plus loin l'explication de la flambée du pétrole : les pays producteurs se vengent de ce que Washington a montré qu'elle leur préférait la démocratie. Mais ces pays savent jusqu'où ne pas aller trop loin : s'ils font flamber trop haut le prix du pétrole ils perdent leur monnaie d'échange au soutien occidental.

M47 Patton 90mm Medium Gun Tank

Les autocrates socialistes des autres régions essaient quant à eux de rediriger la colère sur Washington, jouant leur partition habituelle. Les amis de Kadhafi que sont Fidel Castro, Daniel Ortega et Hugo Chavez soutiennent le dictateur libyen ou dénoncent la main de Washington derrière les soulèvement pour capturer les champs de pétrole... Mais qui les croit ?


Par leur réalisme, les chancelleries occidentales ont bien involontairement soutenu le succès des manifestants. On en a toutes les conséquences, les bonnes comme les mauvaises : la fuite des autocrates mais l'incertitude de l'avenir, la répression en Libye mais la mise à nu des démagogues hypocrites. No end of a lesson.

2 commentaires:

Julien a dit…

Vous en avez du temps à perdre pour pondre un article aussi long...

Quant au texte, il est lourd et pompeux ("L'idéalisme nie ainsi la complexité de la réalité et sert comme justification de l'hybris[...]", pfff...).

Quant au contenu, ce n'est qu'une suite d'affirmations gratuites. Il ferait sans doute rire un expert en relations internationales, en admettant, évidemment, que ce dernier ait suffisamment de temps à perdre pour lire votre prose.

Apollon a dit…

Pontifiant, péremptoire, c'est possible. Gratuit non.