Etes-vous quelqu'un de différent ?

jeudi 5 avril 2007

Blogosphère et salubrité mentale

Internet est un mode de communication merveilleux, 2 aspects inquiètent cependant l'auteur de ce blog, éduqué par la lecture du Monde pendant la moitié de sa vie :

En premier, ce que j'appelle le phénomène du perroquet. Il est déconseillé de placer le mainate à qui vous avez appris des mots devant son reflet car il va alors se parler à lui-même; étant plus prédisposé à se rappeller ses croassements que vos leçons, il va peu à peu oublier et revenir à son état primitif.

Maintenant placez dans un espace de discussion des personnes caractérisées par un même biais (au sens non péjoratif), en discutant elles vont croire confronter des points de vue alors qu'elles ne font que monologuer et cultivent leur intolérance. Bien sur, le plus les personnes de départ sont raffinées et le moins elles constitueront une masse bêlante assoiffée de sang mais un détour par un forum marxiste ou nationaliste vous convaincra de la gravité du problème. Le remède est pourtant simple : aller chercher des informations ailleurs, garder l'esprit critique. Wikipédia permet cette confrontation heureuse et enrichissante encore que les contradicteurs ne sont pas toujours à la hauteur, ce qui devient un problème quand ils sont incapables de le comprendre.

En deuxième inquiétude, la psychose paranoïaque. Sans vouloir faire de la psychologie de comptoir, je ne prends pas de risque à affirmer qu'elle se croise aisément sur internet (la psychologie de comptoir aussi). Voici la définition qu'en donne le dictionnaire médical : psychose caractérisée par l'évolution progressive et irréductible d'un délire cohérent, systématisé (délire de persécution, de grandeur, mysticisme, hypochondrie) organisé à partir de certains épisodes de la vie affective ou émotionnelle; par la conservation complète de la clarté et de l'ordre dans la pensée, le vouloir et l'action. Cette psychose conduit souvent à des réactions antisociales (crimes, délits). Elle avait été décrite par Esquirol dans le groupe des monomanies.

Le meilleur exemple, c'est la 4e entrée des résultats google au mot libéralisme, j'ai nommé http://www.syti.net/Liberalisme.html selon lequel le monde est dirigé par des libéraux-fascistes tels que Jospin, Blair, Sarkozy ou Bush.

A rapprocher de la notion de folie raisonnante, plus pertinente encore : Délire dans lequel des perceptions exactes servent de base à des interprétations pathologiques qui constituent un système logiquement ordonné.

Un exemple simple : le cas typique du nationaliste refoulé cherchant refuge chez les libéraux, qui conclue que Le Pen est libéral des quelques propositions poujadistes incohérentes qu'il tient. Autre exemple : le cas de plusieurs contributeurs refoulés de wikipedia.

Il faut pour être complet, savoir saisir les choses du bon côté : ces deux phénomènes fournissent d'excellents faire-valoir qui mettent aisément et avec bonheur en valeur la personne lucide.

2 commentaires:

kate a dit…

Quel pontificateur! Mais certains commentaires justes.

Anonyme a dit…

nationalisme et libéralisme sont liés depuis la renaissance et l'avénement du capitalisme.

un nationaliste qui refoule vaut-il autant qu'un libéral refoulé ?

LePen n'est qu'une marionnette, cependant le front national est un parti national-libéral tout comme l'UMP (et ce que sarkozy propose). le club de l'horloge étant leur cercle de réflexion commun.

Ce n'est pas de méchants gauchistes qui veulent dire du mal du libéralisme en l'associant au nationalisme, c'est juste la lecture de la réalité historique passé et actuelle.

Je remarque que vous pratiquez trés bien le phénoméne du perroquet. N'oubliez pas ! La psychologisation est un jeu de dupe.